• Home
  • Responsable
  • Maison Passive

Maison Passive - Comment ça fonctionne

Sur la pression des événements, les techniques de construction ont connu depuis 1980 une évolution technologique plus importante que celle de l'automobile. Moins visible, elle nous échappe souvent, mais elle est pourtant bien présente. Les professionnels de la construction, généralement peu enclin à changer leurs habitudes, sont cette fois nombreux à avoir compris qu'une révolution est en marche :
les maisons passives

 

 

Si vous avez des panneaux solaires sur votre toit et faites un peu attention à l'énergie, ce n'est pas pour autant que votre maison est « passive » car pour ce type de maison il y a des normes bien précises à respecter. C'est le fruit d'un travail de longue haleine pour métamorphoser des décennies de boulimie énergétique et de pratiques polluantes.


•    Mais , c'est quoi une maison passive ?
Tout d'abord, il faut bien faire la différence entre maison solaire passive ou maison bioclimatique. La maison passive, à l'inverse des autres, est un label et doit répondre à certaines exigences précises.
C'est une maison qui n'a pas de système de chauffage traditionnel. Ça peut paraître « magique », mais c'est possible. Pour y arriver, plusieurs points sont à prendre en considération.
D'abord, la maison passive doit être très isolée. On arrive facilement à une épaisseur d'isolant de 30cm dans les murs... Cela implique notamment d'avoir des châssis et des vitrages très performants. On utilise du triple vitrage avec un châssis spécialement isolant. Cela implique également l'absence totale de ponts thermiques ( points faibles dans l'isolation, particulièrement aux raccords ).
Il faut également que la maison soit totalement étanche à l'air, la moindre fuite d'air par une imperfection de l'enveloppe du bâtiment est une porte de sortie pour la chaleur.
Suite à cela, une ventilation s'impose pour garantir la quantité de l'air. La maison passive applique un système de ventilation mécanique double flux avec récupération de chaleur.
Puisque la ventilation récupère entre 80 et 90% de la chaleur qui pourrait sortir du bâtiment, il est un peu ridicule d'installer un chauffage central pour le peu de chaleur encore nécessaire. Pour cet appoint de chaleur, on préchauffe un peu l'air entrant dans la maison au moyen, par exemple, d'un puit canadien et d'une petite pompe à chaleur ( puissance 2000w) air/air qui récupère l'énergie résiduelle contenue dans l'air extrait. Cela permet d'atteindre la norme de 15kWh par m2 et par an pour l'énergie de chauffage.
Bien entendu, une maison passive profite également des apports gratuits du soleil et l'orientation de la maison ainsi que l'emplacement des fenêtres ont leur importance.
On pourrait résumer le principe d'une maison passive en disant qu'il faut éviter les pertes et maximiser les gains.


• Pour construire « passif » il faut tout de même faire attention à 2 choses : – avoir une grande rigueur de mise en oeuvre ( pour ce faire, il est important que tous les corps de métier se sentent concernés par l'affaire .

–    Il faut également être sûr qu'on ne dépassera pas la norme de consommation de chauffage, sinon, la ventilation ne sera pas capable de prendre en charge l'appoint de chauffage puisque celui-ci sera trop important. Cela se calcule grâce à un programme informatique mis au point spécialement pour les maisons passives.


• Quels sont les inconvénients d'une maison de ce type ? Il y en a deux principaux :


1)    Une maison passive nécessite un surcoût de 10 à 15% à la construction. Ces frais supplémentaires seront récupérés à l'usage grâce à la très faible consommation de la maison mais dans l'état actuel des choses ( peu de primes, etc. ) il faut voir à long terme. Le temps de retour sera d'autant plus faible que le prix de l'énergie augmente ...


2) Le principe est difficilement applicable en rénovation pour des raisons techniques, or il serait plus intéressant de donner une nouvelle vie à des bâtiments existants plutôt que de construire encore plus.


... donc beaucoup d'avantages, la faible consommation d'énergie est un atout important dans la situation actuelle du prix de l'énergie mais également dans le but d'atteindre les objectifs du protocole de Kyoto. Le chauffage domestique est responsable pour près de 20% des émissions de CO2
Article écrit par Louise Archambeau

Offcanvas

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.